Veuillez activer le Javascript de votre navigateur s'il vous plaît!

Dans la même rubrique :

Archives 2010

Archives

Qu’est-ce que vivre ? (éditorial d’EdY n° 14)

Cliquez sur l’image pour télécharger ce numéro d’Eglise dans l’Yonne


Voici une nouvelle année pastorale. Une équipe épiscopale renouvelée s’est mise en place. Le jeudi 2 septembre nous avons pu remercier le père Robert Lechien pour toute l’activité missionnaire qu’il a déployée dans sa responsabilité de vicaire général. J’ai demandé au père Olivier Artus de lui succéder. Ensemble, nous allons poursuivre les orientations de notre projet missionnaire et catéchétique : « Annoncer le Christ dans l’Yonne ».

Ce numéro d’EdY nous rapporte la diversité des initiatives qui ont été prises dans le diocèse ces derniers mois. Elles ont été occasions de rencontres et d’approfondissement spirituel pour jeunes et adultes. Bientôt nous vous rendrons compte du beau pèlerinage que nous venons de vivre à Lourdes. Moins nombreux cette année – et je le regrette bien sûr, car je considère ce pèlerinage comme un grand temps fort de la vie de notre Église diocésaine – enfants, jeunes et adultes, nous avons pu mieux comprendre, avec Bernadette, la signification du signe de la Croix. Il nous rappelle tout l’Amour de Jésus qui nous a aimés jusqu’au bout.

Pendant ces vacances, allant ici ou là, au gré des temps de repos, de retraite ou de loisirs, j’ai encore mieux mesuré combien de plus en plus de personnes ne connaissent justement pas le Christ et tout l’amour qu’Il nous porte. C’est facile à repérer lorsque vous restez un peu dans une église. Les gens passent et regardent mais ne saisissent pas la qualité religieuse du lieu où ils viennent d’entrer et ne comprennent pas, pour la plupart, la signification des vitraux, des tableaux ou des statues. Peu s’arrêtent pour se recueillir. Ce n’est pas un jugement que je porte sur ces personnes, bien sûr. Je suis simplement triste de constater que la maison de prière est devenue une sorte de musée. D’ailleurs, je me demande souvent si l’Église n’est pas devenue pour beaucoup une affaire du passé qui a eu son temps mais qui n’est plus de son temps. Je remarque combien des mots que nous employons en Église ont perdu leur signification dans le langage courant. Cela devient de plus en plus un langage d’initiés.

Dieu sait si je tiens à la Tradition ! Un peu comme l’arbre tient par ses racines. Je sais aussi combien l’entrée dans la connaissance de la foi demande une initiation et les équipes responsables du catéchuménat y travaillent de leur mieux. Mais j’aimerais tellement proposer en des mots simples, des mots de tous les jours, la vérité de l’Amour que Dieu nous a manifesté en Jésus.

Ce n’est sans doute pas qu’une affaire de mots d’ailleurs. C’est un certain style de vie. Cette allure qu’avait Jésus dans l’Évangile et bien des saints et des saintes à sa suite. Une qualité d’accueil, un sourire, une écoute. Une certaine passion pour la justice et la vérité. Et surtout, faire pressentir que l’on est habité par une Présence.

Au fond, ce n’est pas la tristesse qui habite mon cœur devant l’indifférence ou l’ignorance. C’est la joie de continuer à faire découvrir Celui qui, je le crois, est un vrai chemin de bonheur pour le monde : « Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance ». Ah ! Évidemment, qu’est ce que vivre ? Avoir ou être ?

+ Yves Patenôtre

 

 

Partager cet article


SPIP  |  (c) Diocèse de Sens-Auxerre 2005 - 2014  |  Dernière mise à jour : 16/12/2014  |  Nous contacter  |  Se connecter  |  Suivre la vie du site  RSS 2.0